MDvE225.jpg

Observatoire des Politiques Culturelles

|

Coopération internationale (période 2018-2022)

Ces perspectives prolongent un premier partenariat institutionnel initié en 2015- 2016, entre l’Observatoire et le Centre Régional des Arts Vivants, l’audiovisuel et le Cinéma en Afrique (CERAV), le Ministère de la culture et du tourisme du Burkina Faso et l’UNESCO. L’objet de la coopération porte sur le suivi de l’implémentation de la Convention 2005 pour la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles.
Notre apport repose essentiellement sur l’appui au développement du Centre de ressources du CERAV, sur sa stratégie de développement progressif et le soutien à l’approche scientifique de ses domaines de compétences. La plus-value escomptée se fonde sur l’approfondissement d’un partenariat institutionnel entre les partenaires évoqués plus haut en y ajoutant progressivement les académies et les associations représentatives de la société civile (culturelle et artistique). Dans un second temps, les institutions des pays voisins de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Sénégal, Niger, Mali …) seront associées à cette démarche. À cet effet, l’opérationnalisation du Conseil scientifique et culturel, organe consultatif à vocation régionale constitue un objectif majeur pour le développement du CERAV. Cette étape fonctionnera comme « laboratoire », dans la mesure où l’action du CERAV doit s’étendre, à terme, à l’Afrique entière.  

Dans le cadre de la programmation 2018-2022 de l'Observatoire, les objectifs principaux sont les suivants : 

  1. Renforcement des capacités intrinsèques du CERAV : missions OPC pour le soutien au développement et à l’organisation du Centre de documentation et soutien à l’élaboration de bases de données permettant la collecte d’informations sur les Arts vivants en Afrique. 
  2. Mobilisation du savoir-faire et de la connaissance des acteurs administratifs de la culture (Ministère des Arts, de la culture et du Tourisme au BF). Partenariats et coopération à organiser avec l’Administration Générale de la culture de la FW-B.
  3. Mobilisation des universités et institutions de formation supérieure (Ouagadougou et Bobo Dioulasso) dans leurs programmes de formation des futurs acteurs et opérateurs culturels (partenariats interuniversitaires en discussion en FW-B et Burkina Faso).
  4. Soutien aux opérateurs culturels et représentants de la société civile par la mise en réseau des coopérateurs (Programmes d’échanges WBI-BF).