Infra_048_copie.jpg

Observatoire des Politiques Culturelles

|

Histoire des politiques culturelles

Acteurs, organisations & systèmes des politiques publiques de la culture en Communauté française.  Une approche historique et critique des politiques culturelles en Belgique francophone, de 1965 à 2015.

Depuis quelques années, l’Observatoire des politiques culturelles porte une attention soutenue à la dimension historique des politiques culturelles en Communauté française. À l’automne 2010, l’Observatoire ouvre un chantier d’histoire des politiques culturelles cherchant dans un premier temps à identifier et à rendre accessibles les principales sources d’informations historiques, notamment les archives administratives et les publications officielles au Moniteur belge. L’Observatoire œuvre également à la construction de sources originales par la mise en œuvre d’un chantier d’histoire orale patrimoniale des politiques culturelles, regroupant à ce jour plusieurs dizaines d’heures d’enregistrement audiovisuel d’entretiens menés avec des grands témoins de l’élaboration et de la mise en œuvre de l’action culturelle publique. Les premiers travaux consistent donc à explorer l’état des sources historiques originales, à identifier, inventorier et réunir les éléments éprouvés qui permettront de construire, dans un deuxième temps, une narration historique valablement documentée. Ces recherches s’apparentent à un chantier d’archéologie et de fabrication de sources historiques originales, écrites ou orales.
Ainsi, la démarche d’histoire est constituée de plusieurs programmes de recherches qui s’étendent sur une longue période (voir infra). L’ensemble de ces programmes s’appuie et nourrit la constitution, au sein du centre de ressources documentaires de l’Observatoire, de deux bibliothèques historiques (législations et règlementations, budgets) ainsi que l’établissement progressif d’un inventaire analytique du Moniteur belge et d’une chronologie des années 1965 à 2015. Petit à petit, une conscience historique des politiques publiques de la culture se constitue à travers ces travaux qui visent à rendre ces sources originales accessibles à la recherche historique.

Tout récemment, l’Observatoire créait un Comité d’histoire des politiques culturelles pour accompagner ses travaux de recherche par l’expertise d’un groupe de travail ad hoc. Initié avec une dizaine de membres, ce groupe de travail est susceptible d'évoluer dans sa composition, pour mobiliser au fil du temps les personnes ressources utiles à ses travaux.

Pour plus d'informations : roland.debodt(at)cfwb.be  et   jean‑gilles.lowies(at)cfwb.be

  • Chronologie 1970 À 1979

Au cours des deux dernières années, la méthodologie du programme « Chronologie » s’est structurée. Un volume de « Chronologie » comporte un premier volet qui reprend les faits de politique culturelle de l’année concernée, et un second volet qui reprend l’inventaire des textes législatifs et réglementaires publiés au Moniteur belge de l’année ; un « index des termes et expressions » ainsi qu’un « index des acteurs cités » complètent la livraison ; les termes et expressions répertoriés sont mis en conformité avec le Thésaurus des politiques culturelles. La démarche repose sur des collaborations régulières avec la bibliothèque du 27 septembre, celle des Archives et Musées de la littérature, la bibliothèque du parlement, la bibliothèque royale, la bibliothèque de l’université de Mons, la consultation des sites parlementaires et ceux des institutions internationales; une collaboration particulière avec le centre de documentation administrative du ministère.

 

  • Fonds d'histoire orale des politiques culturelles

 

L’Observatoire poursuit un programme d’Histoire orale patrimoniale des politiques culturelles. Les témoignages oraux constituent un apport considérable aux recherches historiques, tant par les informations complétant les archives officielles restantes que par l’accent mis sur la subjectivité des représentations individuelles. Deux récoltes de témoignages oraux des politiques culturelles ont été mises en œuvre depuis 2013. À ce jour, trente-six grands témoins des politiques culturelles ont été interviewés : Jean-Paul Baras, Pierre Bartholomée, Marie-Claire Clausse, Dan Cukier, Étienne Davignon, Jacques De Decker, Roger Dehaybe, Robert Delville (†), Jacques Dubois, Georges‑Henri Dumont (†), Jean‑Marie Duvosquel, Valmy Féaux, Victor Ginsburgh, Philippe Grombeer, Christine Guillaume, Michel Hansenne, Hervé Hasquin, Merry Hermanus, Jean‑Marie Klinkenberg, Martine Lahaye, Pierre Laroche (†), Jacques Leduc, Claudine Lison, Jean‑Louis Luxen, Richard Miller, Philippe Monfils, Charles-Ferdinand Nothomb, Jean-Luc Outers, Pierre Puttemans (†), Claude Renard, Philippe Roberts‑Jones, Antoinette Spaak, Robert Stéphane, Éric Tomas, Myriam Van Roosbroeck, Robert Wangermée. Le Fonds d’Histoire orale des politiques culturelles de l’Observatoire compte à présent près de quarante témoignages, représentant plus de 1000 pages de transcriptions et une cinquantaine d’heures d’enregistrements audiovisuels. Le Fonds d’Histoire orale sera valorisé par la publication des entretiens à partir de 2017 et sera enrichi par de nouvelles collectes de témoignages.

  • Histoire administrative du ministère de la culture

     

L’Observatoire poursuit ses recherches sur l’histoire administrative du ministère de la culture de la Communauté française de Belgique depuis 1965. Elles s’appuient sur les chantiers initiés précédemment, notamment ceux relatifs à l’histoire orale, aux archives des politiques culturelles et aux chronologies. Elles s’articulent autour de quatre objets d’attention privilégiés : les exécutifs (gouvernements, ministres), l’administration, les instances participatives et les législations. Ces recherches initient la construction d’un récit historique du Ministère de la culture qui identifie les acteurs publics majeurs ainsi que les principaux changements institutionnels et structurels.

 

  • Base de données biographiques et historiques

 Au cours de la période 2014/2015, l’ETNIC a proposé une réforme de la base de données biographiques et historiques qui avait été développée, pour l’Observatoire, par les Archives et musées de la littérature. Une nouvelle application l’inclut dans un environnement de bibliothéconomie « ADLIB ». Le premier objectif du programme consistera en une première période d’essai de la nouvelle application. Également, étude de la méthodologie de report des données biographiques et historiques (1970 à 1979), dans la base de données ; ce report concerne les données collectées dans l’ensemble des programmes du chantier d’histoire.