ThCh024.jpg

Observatoire des Politiques Culturelles

|

"Études"

  • "Études" n°7 : Alliance culture-école en Fédération Wallonie-Bruxelles : des dynamiques à l'œuvre
    Isabelle Paindavoine et Anne-Rose Gillard 

    L’Observatoire des politiques culturelles a publié en janvier 2019 les résultats d’une vaste enquête administrée, par voie électronique, à 1.842 opérateurs culturels et 2.648 établissements scolaires.
    L’objectif de cette enquête, conçue à la croisée du monde de la culture et du monde scolaire, est de récolter des données chiffrées sur l’existence et les modalités de développement, pendant le temps scolaire, du lien entre la culture et l’école en FW-B.
    Quelles sont les modalités de cette mise en œuvre ? Les obstacles rencontrés ?
    Quels sont les lieux fréquentés ? Les disciplines explorées ?...
    Par cette enquête, l’Observatoire entend fournir les premiers éléments de connaissance quantitatifs de situations éprouvées par les opérateurs culturels et enseignants impliqués dans le lien qu’ils développent dans le cadre scolaire.

    Pour télécharger l'"Études" n°7, cliquez ici

  • "Études" n°6 : Approches quantitative et qualitative du secteur muséal en Fédération Wallonie-Bruxelles. Véronique Cosse, Françoise Gohy et Isabelle Paindavoine.

    En 2004, l’Observatoire des politiques culturelles (OPC) élaborait un premier portrait socioéconomique du secteur muséal.

    Depuis cette enquête, le secteur a évolué et il s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable du développement touristique des villes et communes.
    C’est donc pour appréhender ces évolutions et nouvelles orientations qu’il a été décidé de renouveler une enquête auprès des musées situés en Fédération Wallonie-Bruxelles (qu’ils soient reconnus ou non).

    Celle-ci a fait l’objet d’une convention de partenariat avec l’asbl “Musées et Société en Wallonie” (MSW), l’Observatoire du Tourisme wallon (OTW) et l’Observatoire des politiques culturelles.

    Dans la perspective de permettre une comparaison des résultats avec ceux de l’enquête précédente, certaines questions ont été reprises intégralement.
    De nouvelles thématiques ont été abordées comme par exemple la formation du personnel, tandis que d’autres ont été approfondies. C’est le cas notamment de l’accessibilité qui constitue un objectif majeur et constamment renouvelé au coeur des politiques culturelles.

    Pour télécharger l' "Études" n°6, cliquez ici

  • "Études" n°5 : Les pratiques culturelles en Fédération Wallonie-Bruxelles : regards croisés. Cynthia Dal, François Demonty et Justine Harzé, sous la direction de Jean-Pierre Delchambre, Jean-Louis Genard, Christine Schaut et Daniel Vander Gucht. Coordination : Michel Guérin.

    L’approche qualitative des pratiques culturelles de la population, préconisée dès 2006 dans les premiers travaux de l’Observatoire des politiques culturelles, était envisagée comme un vis-à-vis indispensable à l’enquête quantitative qui a été menée en 2008. En effet, si cette dernière nous propose une représentation statistique générale caractérisant la distribution sociale et spatiale des pratiques culturelles1 , elle reste cependant muette sur le sens que les individus donnent à leurs pratiques. Cette étude vient dès lors compléter notre regard, cherchant à identifier les différents facteurs qui amènent les personnes à participer à une activité culturelle. Il s’agissait notamment de mettre à jour les motivations, intérêts et bénéfices tirés de cette participation, de saisir les influences (famille, école, groupe de pairs…) ou les déclencheurs qui amènent à la pratique culturelle et, de manière plus globale, de situer ces pratiques dans le cadre de vie plus général des individus, soit leur vie privée, familiale, professionnelle ou sociale.

    Pour télécharger l' "Études" n°5, cliquez ici

  • "Études" n°4 : Portrait socioéconomique du secteur des arts du cirque, des arts forains et des arts de la rue en Fédération Wallonie-Bruxelles. Anne-Rose Gillard

    Cette étude répond à la demande conjointe du secteur des arts du cirque, des arts forains et des arts de la rue, ainsi que du service en charge de son administration en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’objectif est de présenter un ensemble de données susceptibles de nourrir la réflexion autour des enjeux et défis que rencontrent aujourd’hui les acteurs impliqués dans la pratique de ces trois genres artistiques.

    Réalisée par Anne-Rose Gillard, cette approche descriptive, la première sur cet objet en FW-B, est de type socioéconomique. Elle livre une information quantitative qui caractérise les différents acteurs concernés (artistes mais aussi compagnies, festivals, lieux de création…) et également une information qualitative, conférant ainsi aux chiffres le sens que ces acteurs leur donnent.

    Pour télécharger l' "Études" n°4, cliquez ici

  • "Études" n°3 : Gratuité dans les musées le premier dimanche du mois : résultats d'enquête sur la fréquentation et la composition du public. Isabelle PAINDAVOINE

    Si durant l’année 2012, un peu plus de trente musées subventionnés pratiquaient déjà la gratuité le premier dimanche du mois, le décret du 3 mai 2012 a instauré cette nouvelle obligation à l’ensemble des musées subventionnés à partir du 1er janvier 2013.  Cependant, l’entrée en vigueur de cette mesure était progressive. Au 1er janvier 2013, elle ne s’appliquait qu’aux nouveaux musées reconnus ainsi qu’aux musées devant renouveler leur reconnaissance ; il n’y a donc pas eu un basculement vers la gratuité le premier dimanche du mois pour l’ensemble des musées subventionnés en FW-B.

    Cette mesure s’inscrivait dans le cadre de la déclaration de politique communautaire (2009-2014), dans laquelle le Gouvernement avait fixé en priorité transversale aux politiques culturelles, la question de l’accessibilité sociale, générationnelle et financière à la culture.

    Pour l’Observatoire des politiques culturelles qui travaille sur plusieurs dimensions de l’accessibilité (avec notamment un projet de recherche sur la culture à l’école), ce décret a constitué une opportunité pour mettre en place un outil de collecte d’informations pour accompagner la mesure, en y intégrant un relevé de la situation avant l’entrée en vigueur du décret.

    Il s’agit par conséquent ici de ce qu’on appelle un processus in itinere, soit une analyse qui intervient dans le même cadre temporel que l’entrée en vigueur de la mesure et non pas ex post. Il est donc évident que les effets « stabilisés » ne sont pas encore observables ; c’est le déploiement du dispositif implémentant la gratuité et les réactions qui l’accompagnent sur le terrain, au niveau des acteurs (musées et visiteurs), qu’il était question d’analyser.      
    La réalisation de cette étude a été confiée à la société SONECOM.

    Pour télécharger "Études" n°3,
    cliquez ici

  • "Études" n°2 : Faire médiation culturelle - Évolution et orientations des métiers de l'animation en centres culturels (Communauté française de Belgique). Damien Vanneste et Philippe Scieur. Jean-Gilles Lowies (coord.)

    Cette publication présente une partie des recherches menées par l’Université Catholique de Louvain – Mons portant sur l’histoire des métiers de la médiation artistique et culturelle, dans les centres culturels reconnus par la Fédération Wallonie-Bruxelles (1965-2010). Ces recherches sociologiques s’inscrivent dans le cadre du chantier “Histoire des politiques culturelles en Communauté française : Acteurs, organisations & systèmes des politiques publiques de la culture(s) de 1965 à 2015”. Les travaux effectués par l’UCL ont été réalisés via un marché public à la demande de l’Observatoire des politiques culturelles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’équipe de recherche était composée de Gérard Derèze, François Lambotte, Philippe Scieur (responsable scientifique) et Damien Vanneste. Les analyses produites lors de ces recherches aboutissent à la publication de cette étude et permettront l’édition de deux autres publications : la première discutera théoriquement la notion de médiation artistique et culturelle et la seconde dressera un portrait socioéconomique du secteur des centres culturels (...)

    Pour télécharger "Études" n°2, cliquez ici

  • "Études" n°1 : Étude approfondie des pratiques et consommation culturelles de la population en Fédération Wallonie-Bruxelles. Louise Callier et Laurie Hanquinet. Avec Michel Guérin et Jean-Louis Genard

    Cette publication fait suite à l’étude générale sur les pratiques et consommation culturelles publiée dans le « Courrier hebdomadaire du CRISP» en 2009. Elle présente la synthèse d’une étude approfondie des données quantitatives et s’attache à déterminer les éléments qui influencent ces pratiques. Dans le prolongement de l’étude précédente, ces dernières ne se limitent pas aux pratiques culturelles qualifiées de « légitimes » mais s'étendent à l’ensemble des activités et goûts communs qui façonnent notre quotidien.

    L’approche analytique, développée au travers de douze indicateurs synthétiques et d’une typologie de sept classes de profils de pratiques et consommation culturelles, met à jour plusieurs constats significatifs. D’une part, la « non-participation » qui caractérise près de 40% de la population, cette non-participation se mesurant à la fois dans l’activité culturelle et dans la vie sociale. D’autre part, l’âge et le niveau d’éducation apparaissent comme les éléments les plus importants pour déterminer la pratique culturelle : effets de génération et ressources symboliques se conjuguent pour accentuer la différentiation de manière positive ou négative.  En troisième lieu, sur le plan spatial, se dégage de plus en plus l’émergence d’une culture urbaine qui distingue les grandes villes des autres territoires.

    Pour télécharger "Études" n°1, cliquez ici